Le Brouillard

by Cosmos70

/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Oui ce nouvel album est égotiste, égocentrique, autocentré. Non il ne parle pas de la gauche perdue , des drames planétaires ou de la vanité des puissants. Il parle simplement d’amour et d’amours perdus, de la difficulté d’être là, présent dans ce monde, sans elle, sans cette ombre omniprésente qui prend toute la lumière. Disons que c’est un objet romantique, même si le mot est un peu désuet. «Le Brouillard» est un album sur l’absence, sur les jours passés à voir peu de choses, ou des bien des images altérées, toujours un peu floues.

     €10 EUR  or more

     

1.
05:54
2.
3.
05:06
4.
05:08
5.
05:50
6.
04:58
7.
8.
04:15
9.
04:35
10.
11.
12.
05:17

credits

released November 11, 2015

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Cosmos70 Lyon, France

Cela fait six ans que Cosmos70 se promène sur les chemins de la pop et de l’electronica. Le trio écrit depuis ses débuts des chansons aux tonalités mineures teintées d’une mélancolie lunaire. De ses pérégrinations, le groupe revient prochainement avec dans ses bagages "Le brouillard", un album où l’analogique et le synthétique se confondent dans un même souci mélodique. ... more

contact / help

Contact Cosmos70

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Les méduses
Ton regard clair tel un miroir
Dans tes yeux pâles
Se forment se déforment les vagues

A la surface des eaux
Naissent des ondes bleues
Des instants inquiétants
Portés par les courants

Regarde, me dit-elle
La mer est si belle
Couverte de méduses
Comme une menace diffuse
Pour nous

Nos doigts s'égarent dans le sable
Ils tracent des courbes lasses
Que recouvre les flots

Nous restons là immobiles
Face à la ligne liquide
Qui avance sur nous
Et recouvre bientôt tout

Regarde me dit-elle
La mer est si belle
Couverte de méduses
Comme une menace confuse
Pour nous

C'est le jour où nous nous noyons
De l'eau plein les poumons
Nos corps touchent le fond
Jamais nous ne remonterons
Des méduses pleins les yeux
Des brûlures comme un feu
Nous savions que nous deux
Le temps nous donnerait peu
Si peu

Regarde me dit-elle
La mer était si belle
Mais couverte de méduses
Et le temps qui s'amuse
De nous
Track Name: Mes yeux dans la lumière
Mes yeux dans la lumière
Accrochés au réverbère
Aveuglés par les néons
Brûlés comme l'éphémère

Je te vois
Flotter dans les airs
Comme un papillon de suie
Qui scintille dans le noir

Mes yeux dans la lumière
Dansent autour du lampadaire
Eblouis par tes reflets
Et le murmure des tes ailes

Je brûle en toi
Une flammèche dans tes bras
Le temps d'un simple éclair
Le vol de l'éphémère

Mes yeux dans la lumière
Collés par la poussière
Il ne reste rien de toi
Il ne reste rien de moi

Je te crois
Il faut savoir partir
Et mourir sans le savoir
Comme l'éphémère dans le noir
Track Name: Sur le fil
C'est l'heure des rêveurs
De croire aux mirages
De disparaitre dans la page
L'heure d'oublier l'heure

C'est la minute des possibles
De la poursuite du bonheur
De l'instant de peur
Où tu es si visible

C'est la seconde en avance
La surprise d'être vivant
De ne plus être un passant
De sentir monter la transe

Au bord du vide
Sur le fil
En équilibre

C'est l'heure
Hors du temps
L'heure
De l'indifférence

Au monde
De l'efficience
Et des amours
Des amours en sang

Nous nous embrassons
Mille yeux pour témoins
Nous croyons au destin
Des étreintes des jeunes cons

Au bord du vide
Sur le fil
En équilibre

Nos corps désunis
Nos regards sans envie
Laissent voir
Des artères sans vie
Des instants finis
Il faut croire
Mais il faut croire
Aux amours éphémères

Au bord du vide
Sur le fil
En équilibre
Track Name: Muet
Je me tais
Je reste muet
J'enfouis tous les mots
Sous le sable sous les eaux
Des vents de lettres
Tournent et s'empêtrent
Dans une phrase de fièvre
Qui meurt sur mes lèvres

Je me tais

Ecoute ce silence
Des décibels de prudence
Ce que je n'ai pas dit
Evite bien des cris
Le bruit du vide
Tous ces sons liquides
Tu le crains cachent tout
La trahison, le dégoût

Je me tais

Je le sais
Je reste muet
J'enfouis tous les mots
Sous le sable sous les eaux
Je le sais
Le vide rend inquiet
Le silence sonne mensonge
Mais la vérité ronge
Track Name: Mercure
Une goutte renversée
De mercure argenté
Si brillante et si ronde
A brillé de longues secondes
Sur moi

Elle a glissé sur ma peau
Elle a transpercé mes os
Une perle dans le sang
Qui coule et se répand
En moi

Tu es l'atome toxique
Tu es la larme chimique
Le poison aux reflets d'opale
Si infime et si redoutable
En moi

Toi le virus argenté
Toi comment te recracher
Et me retrouver au calme
Dans mes veines et dans mon âme
Sans toi

Tu es l'atome toxique
Tu es la larme chimique
Mon frisson mon démon ma déraison
Qui me coule et qui m'entraine
Au fond

Toi le virus argenté
Toi comment te détester
Et me retrouver au calme
Dans le vide ou le vacarme
Sans toi
Track Name: L'étranger
J'espère le monde
Moi l'étranger
Des millions de secondes
Pour pouvoir fouler
Les vallées profondes
Les plages argentées

Que mon corps se fonde
Dans l'humanité

J'espère le monde
Moi l'étranger
Qu'il me réponde
Moi le désenchanté
Pour sentir ses ondes
Et ses reliefs respirer

Que mon âme vagabonde
Sans jamais plus étouffer

J'espère le monde
Mais je reste figé
Comme une sonde
Perdue dans l'immensité
D'une mappemonde
Peuplé d'étrangers

J'ai manqué le monde
Je n'ai pas su le trouver
Track Name: La silhouette
Je ne me souviens de rien
Un visage des lèvres un ciel
Juste quelques traits au fusain

Une silhouette dans le matin
A Genève Paris Bruxelles
Une ville estompée, un point

Je ne souviens de rien
De ces heures forcément si belles
Perdues en chemin

Rien ne me revient
Pas même le froissement des ailes
Qui m'ont porté si loin

Je ne me souviens de rien
Et pourtant rien ne s'efface
De braises mon coeur est plein

Mes souvenirs sont clandestins
Mais Les cicatrices les traces
Me rappellent tous les jours trop bien

Que tu vies dans mes recoins
Comme un espoir qui menace
Un volcan sousterrain

Alors oui tout me revient
Un grand froid une mer de glace
Une histoire sans fin
Track Name: La trève
Un refuge horizontal
Au dessus des nuages
Au delà des verticales
De la surface en rage

Il est temps de lâcher prise
De rester hors de portée
Des courts circuits de crise
Au vertige s'abandonner

J'ai tant besoin de rêves
De secondes d'éternité
Qui m'aident à respirer
J'ai tant besoin d'une trève

J'ai besoin de tant de rêves
D'infinies parenthèses
De ces blancs qui m'apaisent
J'ai tant besoin de rêves

Mes abris artificiels
A la tranquilité plane
Sont creusés dans le ciel
Pour que tout mon corps y flane

Que personne ne monte
Mais restez restez en bas
Gardez vos choix en fonte
Votre foi et vos combats


J'ai tant besoin de rêves
De secondes d'éternité
Qui m'aident à respirer
J'ai tant besoin d'une trève

J'ai besoin de tant de rêves
D'infinies parenthèses
De ces blancs qui m'apaisent
J'ai tant besoin de rêves
Track Name: L'absente
Au loin le phare
Dans le brouillard
Le monde est là
Si gris si bas mais toi ?

Tu me dis
Qu'il en est ainsi
La lumière décline
Dans nos poitrines

Je regarde au loin
La lueur qui point
Nous ne sommes que brume
Bruine et crachin

Au loin le phare
Au large tes regards
Des embruns, de tes yeux
Perlent les aveux

Tu me dis
Qu'il en est ainsi
Nos souvenirs
Seront notre avenir

Je regarde au loin
La lueur qui point
Nous ne sommes que brume
Bruine et crachin

Au loin le phare s'est éteint
Sur un vide sans fin
Le brouillard est là
Si dense si profond en moi

Tu me dis tant pis
Nous restons en vie
Le monde est là
Si gris si bas pour toi et moi
Track Name: Les grands vents
attendre
les jours de grand vent
les ciels
couverts
de cerfs volants
nos corps ralentis
dans les veines l'ennui
guettent la tempête
l'horizon aux lignes muettes
attendre

quelques secondes
suffisent
à changer le monde
un souffle si fort
si violent si troublant
nul besoin d'effort
pour à nouveau s'étonner
que l'on puisse aimer
les vents si puissants
ressuscitent même les absents
attendre

attendre j'attends la saison
des grands vents des tornades des typhons
des rafales, des gifles sur la peau
des fouets qui lacèrent jusqu'au os
mais où sont les souffles du désir
il n'y a que des vides à remplir
à quand le flux les reflux
dans mes chairs qui n'en peuvent plus

les jours de grands vents
ici et maintenant
arrachez-moi au monde des absents
que je me révèle vivant
Track Name: Sur les frontières
A l'aube sur les frontières
Nos regards d'ivoire
Ne comptent plus
Les disparus

Combien de survivants
Combien de corps ambulants
Prennent la direction
Du soleil levant ?

A nous
la lumière ?
A nous
Le souffle l'air ?
A eux les déserts
Les souffrances de nos pères

Demain nous quitterons
La foule des électrons
L'envolée négative
La masse qui tournent en rond

Par delà des frontières
Face à l'horizon
Nous voudrons bien croire
Aux lumières dans le noir

A nous
la lumière ?
A nous
Le souffle l'air ?
A eux les déserts
Les souffrances de nos pères

Combien de kilomètres
De tournants et de méandres
Faut-il avaler
Pour être électrisé

Nous sommes si fatigués
La marche s'est arrêtée
Et nous contemplons
Nos cités brûler

A nous
la lumière ?
A nous
Le souffle l'air ?
A nous les déserts
Les souffrances de nos pères
Track Name: La mer
J'ai le désir
Assez vague
D'aller voir la mer

Finalement
Autant ne rien faire
Et rester là
A penser à la mer